calendarclockdisplayeurstatsuservideo-camera
Aller au contenu principal

La Fondation Cointreau

Des 1875, Edouard et Louisa Cointreau mettaient les artistes en lumiere. Au milieu des annees 80, l’envie de donner un sens a la creation se concretise...
1986

La fondation

En 1986 naît la Fondation Cointreau pour la création contemporaine. Son objectif est d’aider les jeunes créateurs et de faire connaître au public leurs créations dans quatre domaines culturels :

  • La danse contemporaine
  • Le cinéma
  • Les arts plastiques
  • La mode

Mécénat actif des créateurs, elle joue le rôle de « banquier » ou plus exactement de « banquier de la création » selon trois valeurs clés : DYNAMISME, INNOVATION, CREATIVITE. Valeurs fondamentales de la Maison Cointreau depuis ses débuts !

1989

Cointreau et la danse contemporaine c’est la tentative heureuse d’investir dans un secteur culturel qui gagnait à être connu.
Trois ans auparavant, aucune entreprise n’avait choisi de soutenir la danse contemporaine.
La Fondation Cointreau a su prendre ce risque de s’imposer dans une discipline presque vierge et à l’époque peu médiatisée.
Pour n’en citer que certains, la Fondation Cointreau pour la création contemporaine a principalement soutenu :

  • La Compagnie Régine Chopinot : les créations du Défilé en 1986 (tournée en France et à l’international – Italie Villa Medici, New York etc), de KOK en 1988/1989, puis de Anna en 1990
  • La Compagnie Bagouet : création d’Assaï au Festival de Montpellier en 1988
  • Les cycles « Romances en Stucs » de Daniel Larrieu et « Larmes Blanches » d’Angelin Preljocaj, dans le cadre du gala de l’Admical en 1987
  • Le Concours Chorégraphique International de Bagnolet 1988 : l’aide à la diffusion sur 2 ans (1988 – 19990) de Texane de Claude Brumachon, lauréat Cointreau (série de représentations au Centre Georges Pompidou en 1988 et tournée dans 5 villes des pays de l’Est en mars 90) et remise du Grand Prix de la Fondation Cointreau pour la Création Contemporaine en 1990
  • Les Taureaux de Chimène de Karine Saporta
  • Chronique du Gravier de Sidonie Rochon

Cointreau et la danse contemporaine

1990

Cointreau et le cinéma

Au cinéma, elle créé les espaces Cointreau, rendez-vous des artistes, de la presse... dans de prestigieux festivals tels que le Festival de Cannes, le Festival Américain à Deauville, le Festival du Film Romantique à Cabourg, le Festival du Film Fantastique à Avoriaz... et apporte une présence plus active avec une remise de prix au Festival du Film de Comédie à Vevey (1986-1990), et au Festival du Cinéma Nordique à Rouen (1989-1990).

2000

Enfin côté arts et mode, toujours à la pointe de l’avant garde, elle participe à la mise en place du Génitron, œuvre de François Scali et Alain Domingo. Cette horloge extraordinaire située devant le Centre Georges Pompidou, qui indiquait le nombre de secondes qui nous séparaient de l’an 2000. Elle apporte son concours à la réédition des dessins de la « Cité Moderne » de Robert Mallet Stevens dans le cadre de l’année Mallet Stevens (centenaire de sa naissance). Elle soutient Michel Guéranger, qui, le 10 mars 1986, réalise à 4500 mètres d’altitude une œuvre chromatique monumentale de 1500 m2 «Peindre le Mont Blanc» aux couleurs des cocktails Cointreau. Et enfin elle sponsorise les défilés et soirées de différents designers de mode en créant entre autres des cocktails personnalisés pour chacun d’entre eux !

Cointreau, les arts et la mode